Follow me:

Criminel de Yann Reuzeau, l’homme, la justice et l’intime

« Boris a tué son père. Enfin. » Criminel

 

La première scène de Criminel de Yann Reuzeau s’ouvre comme tout drame familial : par une scène paisible. Xavier et son épouse Camille sont dans leur chambre et discutent jusqu’à l’arrivée d’un SMS troublant. « Il est sorti ». Il, c’est le frère, Boris, ancien enfant battu, qui sort de 15 ans de prison suite au meurtre de son père. Sauf que ce soir là, Boris n’a pas uniquement tué son père, il a également laissé sa sœur Camille dans le coma. C’est l’histoire de ce drame familial que Yann Reuzeau raconte.

Criminel, une réflexion sur la justice

Yann Reuzeau raconte s’être inspiré de la récente affaire Jacqueline Sauvage pour écrire et mettre en scène cette pièce. Comment expliquer le crime qui n’est pas commis sur un moment de légitime défense mais sur un ensemble de traumatismes ? Et surtout comment se reconstruire après cela ? Permettant un point de vue autant du côté des victimes que des criminels, la pièce offre via une mise en scène astucieuse (un plateau circulaire qui enferme ou libère les personnages) la possibilité de se concentrer sur l’essentiel. Sentiments et ressentiments ne font plus qu’un dans ce drame de l’intime. Et toute la pièce est construite comme un véritable thriller. Pendant 1h30 le public suit ces (re)constructions et cherche avec les personnages connaître la vérité : que s’est-il vraiment passé le soir du meurtre ?

criminel yann reuzeau critique avis paris théâtre manufacture abbesses quatrième mur blog théâtre avis

 

Et c’est bien la grande force de cette pièce : il n’y pas de vérité unique. Les vérités sont relatives. A la fois criminel et victime, blessé et blessant, honnête et menteur, chaque personnage porte en lui une dualité, une tension remarquablement bien jouée par les comédiens. Frédéric Andrau (Xavier) est particulièrement touchant en quête d’une vérité qui n’existe pas et Noémie Daliès en femme forte et faible, rongée par la culpabilité d’un mensonge. L’ensemble de la distribution (Morgan Perez, Sophie Vonlanthen) joue avec finesse et passion cette tension entre le juste et le légitime, entre les faits et les croyances et entre la vérité et le mensonge.

Criminel est un thriller haletant qui pose les questions qui dérangent et qui sont pourtant nécessaires lorsque l’on voit les humains derrière la justice. Un beau moment !

Avis : ★★★★

Criminel jusqu’au 22 décembre à la Manufacture des Abbesses

 

Mes autres critiques :

 

Autour de la pièce

Rendez-vous sur Hellocoton !
Previous Post Next Post

Vous pourriez aussi aimer

No Comments

Leave a Reply

Es-tu un robot ? *