Follow me:
cantatrice chauve 13eme art Pierre Pradinas avis critique théâtre paris blog théâtre

Une « Cantatrice Chauve » endormie au 13ème art

« La vérité ne se trouve d’ailleurs pas dans les livres mais dans la vie » – La Cantatrice Chauve

La Cantatrice Chauve n’est clairement pas une pièce facile, ni pour les comédiens, ni pour les spectateurs. De Ionesco, je connaissais bien Le Roi se meurt ou encore La Leçon, mais finalement assez peu cette pièce pourtant si célèbre. Cette programme au 13ème art était ainsi l’occasion de découvrir ce grand classique. Mais il m’a été hélas très difficile de rentrer dedans.

Une Cantatrice Chauve qui manque de souffle

Ionesco a écrit cette pièce en essayant d’apprendre l’anglais avec la méthode Assimil, choqué de l’absurdité des phrases sans queue ni tête qu’il faut prononcer pour apprendre une nouvelle langue. De ce constat, il a fait une pièce anglaise, avec des phrases anglaises, des personnages anglais et une absurdité totale. Pas de lien entre les scènes qui n’ont souvent aucun sens et des personnages survoltés. Vrai défi de mise en scène et d’interprétation donc.

cantatrice chauve 13eme art Pierre Pradinas avis critique théâtre paris blog théâtre

C’est Pierre Pradinas qui signe la mise en scène de cette Cantatrice Chauve. Si les premières minutes posent le décor, plus la pièce avant et plus il est difficile de rentrer dedans. Malgré un jeu très juste, malgré une distribution très bonne (Romane Bohringer, Thierry Gimenez, Julie Lerat-Gersant, Aliénor Marcadé-Séchan, Matthieu Rozé, Stéphan Wojtowicz) et une scénographie élégante, il y a un je-ne-sais-quoi qui fait que je n’ai pas accroché. Pour une pièce qui va aussi loin dans l’absurde, j’avais espéré une interprétation sous stéroïdes. Et j’ai été un peu déçue par l’énergie finalement assez attendue. A défaut d’hystérie, j’aurais eu une pièce déjantée mais plus calme que je ne l’imaginais. Une salle à moitié vide un jour de semaine n’a rien arrangé à cette atmosphère et à défaut de parvenir à me faire vraiment rire, j’aurais esquissé quelques sourires entendus.

Cette Cantatrice Chauve de Pierre Pradinas a eu le bénéfice de me rappeler que ce texte de Ionesco est totalement décalé et qu’il n’est pas nécessairement ma tasse de thé. Une pièce de bonne facture qui ne restera pas dans mes annales personnelles.

 

Avis : ★

Jusqu’au 10 décembre au 13eme art puis en tournée (dates ici)

 

Mes autres critiques :

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Previous Post Next Post

Vous pourriez aussi aimer

No Comments

Leave a Reply

Es-tu un robot ? *