Follow me:
CONSTRUIRE UN FEU - De Jack LONDON - Mise en scene scenographie et costumes : Marc LAINE - Lumieres : Kevin BRIARD - Son : Morgan CONAN-GUEZ - Video : Baptiste KLEIN - Avec : Alexandre PAVLOFF - Pierre LOUIS-CALIXTE - Nazim BOUDJENAH - Le 12 09 2018 - A la Comedie Francaise - Photo : Vincent PONTET blog quatrième mur culture critique avis comédie française

« Construire un feu », émouvante agonie à la Comédie Française

« Le chien, déçu, regardait le feu avec regret. Cet homme ne savait rien du froid. » – Construire un feu, Jack London

 

Dans la chaleur réconfortante du Studio Théâtre souffle un froid glacial. Marc Lainé propose sur la scène du Français Construire un feu de Jack London, l’histoire d’une agonie incertaine dans le froid du Klondike. En mettant en place un dispositif vidéo qui rapproche et paradoxalement, éloigne le spectateur du propos, Construire un feu est une pièce intelligente et émouvante.

Construire un feu, l’histoire d’une froide agonie

Seulement accompagné par un chien qui pense, Tom Vincent décide de traverser le Klondike dans des conditions de froid extrêmes. « Il faisait moins soixante-quinze degrés en dessous de zéro« . Un vieux sage et le chien sont persuadés qu’il s’agit d’une aventure inconsciente, dangereuse et ils n’ont pas tort. Tom va connaître une glaciale descente aux enfers. 

Pendant plus d’une heure, un froid polaire envahit la Comédie Française. Alexandre Pavloff, Pierre-Louis Calixte et Nazim Boudjenah forment un trio emmitouflé aux portes de la mort. Quand les éléments se déchaînent, c’est la vanité de l’homme face à la nature qui est mise en exergue. 

CONSTRUIRE UN FEU - De Jack LONDON - Mise en scene scenographie et costumes : Marc LAINE - Lumieres : Kevin BRIARD - Son : Morgan CONAN-GUEZ - Video : Baptiste KLEIN - Avec : Alexandre PAVLOFF - Pierre LOUIS-CALIXTE - Nazim BOUDJENAH - Le 12 09 2018 - A la Comedie Francaise - Photo : Vincent PONTET

 

La scénographie s’appuie beaucoup, une nouvelle fois, sur un dispositif vidéo. Un peu déroutant au début, il nous éloigne de la force de propos avant de nous y immerger complètement. Reculer pour mieux plonger. Gros plans sur des visages gelés ou encore paysages faussement calmes, cet usage de l’écran nous plonge au coeur de cette agonie qui se déroule devant nos yeux. Une manière aussi de mettre un peu de distance devant cette non-assistance à personne en danger dont le public se rend coupable. Quand les allumettes s’éteignent, c’est effrayant et voir un homme mourir devant ses yeux n’est pas toujours une expérience ravissante.

Une scène un peu artificielle, quasiment nue pour un récit intense, poétique et tragique, voilà une mise en scène parfaitement réussie portée par un trio de comédiens subtiles et douloureux. On frissonne de froid, de peur et d’angoisse. On frissonne de vivre un beau moment de théâtre. 

 

Avis : ★★★★

Construire un feu de Jack London, Mise en scène Marc Lainé. 

Jusqu’au 21 octobre 2018, Studio Théâtre de la Comédie Française

 

 

Mes autres critiques :

Autres pièces de la Comédie Française :

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Previous Post Next Post

Vous pourriez aussi aimer

No Comments

Leave a Reply

Es-tu un robot ? *