Follow me:
ContesEtLegendes pommerat nanterre amandiers critique avis théâtre blog quatrieme mur

Les contes et légendes adolescents de Joël Pommerat au théâtre des Amandiers

Ça commence avec une dispute à un arrêt bus : le langage est tellement fleuri qu’il frise les oreilles et déroute un peu. Ces Contes et légendes, la nouvelle création de Joël Pommerat, auront les visages d’adolescents d’aujourd’hui, pour notre plus grand plaisir.

Contes et légendes d’ados et de techno

Au début, on plisse un peu les yeux pour tenter de savoir : sont-ce bien des adolescents sur cette scène si noire des Amandiers, ou des jeunes trentenaires habillés comme des ados ? Aucun doute, le timbre de la voix n’a pas toujours mué, l’habilité à manier un novlangue vulgaire est plus naturelle que travaillée. Sur scène, Pommerat choisit, comme toujours, un travail sur l’authenticité. Accompagné par quelques « adultes » sur les rôles complexes, c’est une troupe fragile, à fleur de peau, émouvante qui interprète, scène après scène, ce qui pourrait être une saison entière de Black Mirror.

Car cette authenticité est poussée à l’extrême quand elle s’attaque à des sujets qui ne font pas (encore, totalement) partie de notre quotidien. Loin d’être une réflexion un peu tarte à la crème sur l’intégration de l’intelligence artificielle dans nos vies, Contes et Légendes propose une vision de l’intégration des machines chez les hommes. Tout comme l’adolescent, à son âge, se cherche une identité dans un monde et change en fonction de ses rencontres, de ses amis, de ses proches, le parallèle est adroit avec les robots à qui on cherche à donner une identité (une nurse ? un ami ? une identité que l’on peut changer après un simple reboot du système ?) que l’on intègre dans nos vies. A la fois miroir de nos peines, prolongement de nos troubles, réponse à nos questions, c’est autant l’identité du robot qui est questionnée dans Contes et Légendes, que sa place dans notre quotidien et la place qu’il nous reste. 

Au-delà de ça, Pommerat propose une réflexion intelligente sur le combat mené par chacun d’entre nous pendant l’enfance : trouver une place, la « bonne place », sa place. Mention spéciale pour les pensum autour de la virilité qui sont habilement mis en lumière.

ContesEtLegendes pommerat nanterre amandiers critique avis théâtre blog quatrieme mur

Portée par une troupe en symbiose, on notera l’interprétation exemplaire des actrices qui donnent vie aux robots, à mi-chemin entre une humanité grossie et une tendresse toujours affirmée. Comme toujours avec Pommerat, le texte est écrit à la lame et on pourrait passer des heures à le disséquer et la scénographie est d’une simplicité effarante mais habillée et déshabillée par un habile jeu de lumières. 

Une pièce qui fait tantôt rire, tantôt rire jaune et souvent se dandiner de malaise dans son fauteuil. Ni moraliste, ni alarmiste, du grand théâtre contemporain en somme.

 

Avis : ★★★★

 

Contes et Légendes de Joël Pommerat, Théâtre des Amandiers

 

Mes autres critiques dans le même genre

 

 

Crédits Photo : Elizabeth Carecchio

Previous Post Next Post

Vous pourriez aussi aimer

No Comments

Leave a Reply