Follow me:

Le Journal d’une femme de chambre, de William Malatrat

Vous emportez tous nos regrets, Joseph!… Hélas, Joseph n’emportait pas que des regrets… Il emportait aussi l’argenterie.

 

Encore une belle trouvaille, découverte au hasard du flying à Avignon. Directement démarchée par la comédienne Karine Ventalon, c’est avec l’envie de découvrir à la fois le texte et le seul-en-scène que je suis allée voir Le Journal d’une femme de chambre, de William Malatrat. Et quelle belle surprise ! Petit théâtre et ambiance intimiste particulièrement appropriée pour ces confidences du soir. Célestine, femme de chambre, vient nous raconter les dessous de son métier et de ses conditions de vie. En place dans les maisons de la haute bourgeoisie française, elle dresse un portrait au vitriol de ses maîtres et de son époque.

Les secrets facétieux d’un journal d’une femme de chambre

Tantôt malicieuse, tantôt capricieuse, mi-catin, mi-fille rangée, espiègle et perverse, honnête et voleuse, Karine Ventalon joue parfaitement bien avec la palette d’émotions et interprète une Célestine plus vraie que nature. A moins d’un mètre de nous, elle livre une prestation haute en couleurs et d’une sincérité étonnante. Personnage émouvant, répugnant mais terriblement attachant, la pièce, avec sa mise en scène minimaliste uniquement composée d’une valise est entièrement portée par sa comédienne.

On sort du Journal d’une femme de chambre avec le sentiment d’avoir assisté à une vraie prestation scénique et la critique acerbe d’une époque qui ne savait pas totalement respecter les femmes. Une découverte étonnante et enrichissante comme seul le festival d’Avignon peut nous en offrir ! Le must ? Il s’agissait de la première représentation complète du premier Avignon de Karine Ventalon. En voilà un succès bien mérité !

 

★★★★

Le Journal d’une femme de chambre de Octave Mirbeau , mis en scène par William Malatrat

Pas de dates prévues pour le moment

 

Mes autres critiques :

 

Autour de la pièce

Rendez-vous sur Hellocoton !
Previous Post Next Post

Vous pourriez aussi aimer

No Comments

Leave a Reply