Follow me:
un américain à paris chatelet critique avis paris comédie musicale broadway paris quatrieme mur blog

Broadway dans la capitale avec Un Américain à Paris au Théâtre du Chatelet

La réouverture du théâtre du Châtelet signe le grand retour des comédies musicales américaines à Paris. Et quoi de mieux qu’un Américain à Paris pour célébrer la fin d’année ? Une comédie musicale ballet haute en couleurs, interprétée par des artistes internationaux qui réveillent Noël avant l’heure. Encore une petite pépite  !

Le retour d’Un Américain à Paris

En 2014, Christopher Wheeldon s’était attaqué au film de Minnelli (avec Gene Kelly et Leslie Caron) pour une création mondiale au théâtre de Châtelet, quelques temps avant sa fermeture pour travaux. Pour cette saison de réouverture, on assiste ainsi au grand retour de cette comédie musicale après une tournée mondiale à succès couronnée de 4 Tony Awards. 

L’histoire est d’ailleurs taillée pour la comédie musicale : « Jerry, un GI américain resté à Paris après la guerre, souhaite devenir peintre. Avec deux amis, ils poursuivent leurs ambitions artistiques et ne se rendent pas compte que chacun aime Lise, une danseuse qui devient leur muse. » De la musique, de la danse, des ballets travaillés sur une musique de George Gershwin et Ira Gershwin : cela sentait le succès d’ici. 

 

Dans les chaussons de danse de Lise, on retrouve Leanne Cope, qui avait créé le rôle en 2014. Avec une élégance très mutine pour cette anglaise née à Bath, elle incarne avec légèreté et finesse une muse de la danse tout en sensibilité. Le rôle masculin quant à lui est désormais repris par Ryan Steele, un new-yorkais doté d’un vrai charme et d’un pas de danse remarquable. 

Un Américain à Paris est parfaitement dans la continuité des comédies musicales du Châtelet (on se souvient notamment de Singin’in the Rain au Grand Palais). On rit, on s’émeut et surtout on s’émerveille devant ce corps de ballet si gracile et si joyeux, ces décors époustouflants, cet orchestre si présent et bien entendu, ces chorégraphies si travaillées. 

Pendant 2h30, dans un Paris de carte postale (et aux accents français en anglais parfois très drôles), on s’évade dans une comédie musicale qui est à la fois une ode à la vie, à l’art et à Paris. De quoi finir l’année avec le sourire, en toute beauté !

 

Avis : ★★★★★

Un Américain à Paris, Théâtre du Châtelet, jusqu’au 1er janvier 2020

Lire le programme

 

Critiques sur le même thème : 

Previous Post Next Post

Vous pourriez aussi aimer

1 Comment

Leave a Reply