Follow me:
batman contre robespierre théâtre train bleu avignon théâtre critique avis paris quatrieme mur blog théâtre

« Batman contre Robespierre » d’Alexandre Markoff, fantasque et absurde #OFF2018

Dans Batman contre Robespierre, Jean-Claude Barbès est une personne lambda, tellement lambda qu’elle pourrait être votre voisin au théâtre et vous ne l’auriez peut-être pas remarqué. D’ailleurs Jean-Claude n’a jamais vraiment rien fait : citoyen quelconque, employé transparent, mari, époux, un monsieur tout-le-monde, monsieur-personne comme la société en fait beaucoup. Sauf qu’un jour, tout s’effondre. Un spectacle absurde, cynique et très drôle !

« Batman contre Robespierre », tout perdre et rester humain

Un soir alors qu’il rentre d’une dure journée de travail, Jean-Claude Barbès trouve quelqu’un dans son appartement qui prétend être propriétaire du bien qu’il occupe. Jusqu’à ce qu’une troisième puis une quatrième personne n’intervienne. Progressivement, Jean-Claude est dépossédé de tous ses biens et de tous ses amis. Sa femme le quitte, ses amis disparaissent, il est licencié sans raison. Alors qu’il pensait avoir une vie bien rangée, tout disparaît par une succession d’épreuves burlesques, sans queue ni tête.

Inspirée du récit de Job qui, dans la Bible, supporte avec résignation la perte de ses biens, enfants ainsi que la maladie sans jamais renier son Dieu, Alexandre Markoff, avec Batman contre Robespierre, signe ici une critique fantasque mais grinçante du néo-libéralisme tel qu’il est imposé aux petites gens d’aujourd’hui.

Et c’est une pièce particulièrement réussie dont le succès retentissant n’a pas été volé cette année à Avignon, au théâtre du Train Bleu. Il y a quelque chose du Procès de Franz Kafka mélangé au Porteur d’Histoire qui se déroule devant nos yeux. Dans une mise en scène épurée au possible, 4 comédiens seulement interprètent une bonne dizaine de personnages qui gravitent autour de Jean-Claude Barbès (excellent Sylvian Tempier, qui a un petit quelque chose de François Damien dans cette mise en scène). Farid Amrani, Sébastien Delpy et Aline Vaudan donnent une énergie folle à cette pièce dont l’action ne s’arrête absolument jamais et qui fait cruellement rire.

Les propos politiques et sociaux de la pièce sont plutôt fins (j’ai une sainte horreur des pièces moralisatrices et bien-pensantes) et toujours amenés avec beaucoup de dérision. Et si certaines scènes tendent un peu en longueur (notamment la scène du bistro), le reste de cette pièce est un pur moment de plaisir dont on sort avec le sourire et le sentiment que si tout devait s’effondrer, il resterait quand même le théâtre pour nous sortir de ce pétrin. Batman contre Robespierre, dont le titre n’est clairement pas évocateur, est définitivement une belle réussite de ce #OFF2018 !

 

Avis : ★★★★

Batman contre Robespierre, écrit et mis en scène par Alexandre Markoff

Dates à venir : suivre le site de la production

 

 

Mes autres critiques :

Rendez-vous sur Hellocoton !
Previous Post Next Post

Vous pourriez aussi aimer

No Comments

Leave a Reply

Es-tu un robot ? *