Follow me:
Starmania-2022-Le-blues-du-businessman-par-David-Latulippe-mise-en-scene-Thomas-Jolly-Creation-lumiere-Thomas-Dechandon-capture-extrait-teaser-video-Copyright-Starmania starmania critique avis paris tournée quatrieme mur blog

Superbe et effrayant Star System avec Starmania à la Seine Musicale 

Toi qui sais déjà la fin de mon histoire,emmène-moi avec toi dans le cielJe m’appelle Stella car j’ai rêvé un soir, d’être une étoile éternelle – Starmania

 

Le retour de Starmania, cet opéra-rock qu’on ne présente plus créé par Michel Berger et Luc Plamondon en 1979, a fait les grands titres pendant quelques semaines. Il fallait voir les adolescents d’hier devenus quadragénaires voire quinquagénaires, se précipiter en quête de la musique qui a nourri leurs soirées étudiantes. Mais qu’en est-il de la génération qui connaît certes les paroles, sans pour autant n’avoir jamais connu la Starmania ? Mission incroyablement réussie pour cette (re)découverte d’un standard de la comédie musicale française !

 

Une Starmania résolument moderne

Pour être totalement transparente : de Starmania, je ne connaissais que les tubes de Michel Berger et France Gall. J’aurais même eu du mal à raconter l’histoire. Cette comédie musicale appartient plutôt à la génération de mes parents qui m’en ont transmis quelques bribes. Bien sûr, le blues du businessman a accompagné certaines de mes soirées étudiantes, tout comme d’autres tubes de Michel Berger chantés à tue-tête hors de leur contexte. Alors quand on m’a dit « Starmania revient, c’est exceptionnel », l’occasion était rêve pour enfin découvrir ce que je n’avais jamais pris le temps de regarder sur Youtube. 

Ce qui signifie une chose : il m’est impossible de faire une longue critique avant/après, de jouer au jeu des sept différences car Starmania pour moi, c’était une première. Une vraie. 

 

La scène de la Seine Musicale est impressionnante. Aux nombreuses têtes blanches présentes ce dimanche, mais aussi avec la présence de nombreux enfants, on se rend bien compte qu’on parle là d’histoires familiales, et de transmission inter-générationnelle. Il y a quelque chose d’intemporel dans Starmania, avant même le lever de rideau. 

Et quand les premières notes retentissent, petit frisson ! Je reconnais bien sûr de nombreux morceaux, qui prennent enfin un sens bien différent dans la narration du spectacle. Dans une scénographie superbe, habillée quasi exclusivement de lumières (et c’est impressionnant), les histoires de Johnny Rockfort, Stella Spotlight, Zéro Janvier, Cristall ou Ziggy prennent une dimension très contemporaine. Thomas Jolly (mise en scène), Thomas Dechandon (lumières) et Guillaume Cottet (vidéo) réalisent une véritable performance. 

Entre critique acerbe des starlettes de la télé-réalité, dénonciation politique des totalitarismes ou encore désillusions d’amours impossibles, il est simple d’être embarqué dans cette ville futuriste qu’est Metropolis. Si l’histoire est un peu difficile à suivre au premier acte, elle prend tout son sens ensuite pour s’accompagner d’un final vibrant. 

Starmania est une grande réussite, même si le souvenir de voix illustres comme celles de Michel Berger ou Nanette Workman sont parfois diffiiciles à oublier à qui connaît bien l’album original. Mais il y a toute la force, la modernité et la puissance de l’oeuvre des années 1980, dans une mise en scène moderne et critique. N’allez pas voir Starmania, courrez-y. 

 

Avis : ★★★★★

Starmania, à la Seine Musicale puis en tournée dans toute la France en 2023

 

Comédies musicales françaises (ou en français) :

Autres comédies musicales anglo-saxones

Share
Previous Post

Vous pourriez aussi aimer